Culture & Patrimoine
en Nouvelle-Aquitaine
Patrimoine et inventaire
Publications

Collection « Visages du Patrimoine »

Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire. 2e édition actualisée., Bordeaux : Editions Confluences ; Visages du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine, 2022
Mis à jour le 21 septembre 2022

La collection "Visages du patrimoine en Aquitaine", devenue "Visages du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine" en 2016, a été créée en 2008 par la Région. Elle souhaite porter à la connaissance d’un large public les principaux résultats des enquêtes de l’Inventaire. Les synthèses qu’elle propose sont une invitation à la découverte des territoires de la région.

2022 – « Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire .Gironde »

BESCHI Alain, CRON Eric, BARROCHE Adrienne (Photographe) et al. « Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire. 2e édition actualisée ». Bordeaux : Editions Confluences ; Région Nouvelle-Aquitaine. Inventaire général du patrimoine culturel, 2022. 1 vol. (96 p.) : ill. en noir et en couleur, jaquette ill. en couleur ; 21 cm. (Visages du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine). Bibliogr. p. 93-94. Cartes.

Plus de dix ans après une première publication, la réédition de ce guide patrimonial accompagne la fin de l’étude d’inventaire conduite sur les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde.

Pièce maîtresse du dispositif défensif du royaume voulu par Louis XIV et mis en œuvre par Vauban, le « verrou » de l’estuaire forme un triptyque de fortifications cadenassant la Gironde en aval de Bordeaux. Composé de la citadelle de Blaye sur la rive droite, du Fort-Pâté sur une île et du Fort-Médoc sur la rive opposée, cet ensemble constitue un témoignage unique en France de mise en défense d’un estuaire.

Son intérêt patrimonial ne fut reconnu que tardivement, avec les premières protections au titre des Monuments historiques dans les années 1930. Élément du réseau des Sites majeurs de l’œuvre de Vauban, la reconnaissance internationale est intervenue en 2008 avec le classement du « Verrou » au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Synthèse historique rigoureuse et itinéraires de visites, ce guide richement illustré offrira au lecteur exigeant aussi bien qu’au simple curieux une invitation à la découverte de l’œuvre de Vauban en Gironde, d’une rive à l’autre de l’estuaire.

Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire. 2e édition actualisée., Bordeaux : Editions Confluences ; Visages du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine, 2022
Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire, 2022

2022 – « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

Textes : Agnès Brahim-Giry, Chercheur et Responsable de l’Unité Recherche-Photographie, Région Nouvelle-Aquitaine, service du Patrimoine et Inventaire.
Photographies : Philippe Rivière photographe, Région Nouvelle-Aquitaine, service du Patrimoine et Inventaire.

C’est dans le cadre de ses actions de valorisation que le service Patrimoine et Inventaire publie un ouvrage sur le patrimoine de Collonges-la-Rouge. S’appuyant sur l’étude d’inventaire réalisée entre 2009 et 2011, cet ouvrage est une réédition augmentée d’un précédent Parcours du Patrimoine (édité en 2011) qui avait rencontré un vif succès.

Un cadre territorial historique

Situé aux confins des marges aquitaines, ce territoire corrézien fait partie des terres de l’ancien duché d’Aquitaine qui a fortement marqué l’histoire de France. Etroitement liée à la vicomté de Turenne, à ses seigneurs et à ses gouverneurs, l’agglomération s’inscrit dans un cadre territorial historique depuis la création du prieuré bénédictin au VIIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. Cette longue histoire se traduit tant dans la configuration du bourg – avec la présence d’un enclos prieural central au-delà duquel des zones d’habitat se sont progressivement développées – que dans son architecture fortement marquée par les XVe et XVIe siècles qui fait à la renommée du bourg.

L’inventaire du patrimoine au service de la connaissance….

L’étude d’Inventaire du Patrimoine qui couvre l’ensemble du patrimoine bâti et des objets mobiliers publics a permis de mettre en évidence les caractéristiques architecturales des maisons, manoirs et fermes et d’établir une chronologie. Elle permet ainsi de contribuer à valoriser et à garder la mémoire d’un patrimoine, notamment rural, qui n’a, jusqu’à présent, que peu retenu l’attention des historiens et dont certains éléments apparaissent comme fragilisés. Enfin, cette étude a permis de renouveler le discours à l’attention de la population locale et des visiteurs.

…et de la valorisation

Destinée à servir de guide de visite ce Visages du Patrimoine de Collonges-la-Rouge invite à remonter le temps et découvrir l’histoire de cette petite commune de Corrèze. Toute la diversité du patrimoine collongeois est ainsi révélée à travers deux itinéraires l’un dans le centre-bourg et l’autre dans l’espace rural où se côtoient manoirs, fermes, maisons de vigneron et bâtiments à vocation agricole comme les granges, fours, séchoirs, cabanes de vigne…. Par ailleurs, des thématiques, hors parcours, abordent un patrimoine parfois inédit comme certaines peintures à la grisaille. Cette approche scientifique a été possible grâce à la participation des propriétaires qui ont accepté d’ouvrir leur porte et de faire découvrir les richesses patrimoniales jusqu’à présent méconnues de leurs intérieurs.

Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge, Collection Visages du Patrimoine en Nouvelle-Aquitaine, Le Festin, 2022
Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge, 2022

2021 – « Bidart, entre terre et mer »

Maïté Ehlinger et Éric Cron ; Photogr. Adrienne Barroche. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Le Festin, 2021. – 112 p.

Située au cœur du Labourd, la commune de Bidart est traversée par l’Uhabia, petit fleuve côtier séparant le littoral et l’arrière-pays dominé par les collines du piémont pyrénéen. Sa façade maritime, comprise entre Guéthary et Biarritz, se caractérise elle-même par une succession de falaises et de plages. Le quartier du Bourg forme ainsi un véritable balcon sur ce paysage vallonné, enserré entre montagne et océan. Dénommé Bidarte (« à la croisée des chemins » en basque), le village présentait autrefois une identité à la fois rurale et maritime. Le port de Bidart resta en effet très actif pendant l’Ancien Régime, grâce notamment à la chasse à la baleine. La création de la station balnéaire de Biarritz et l’arrivée du chemin de fer à Irun en 1864 changèrent progressivement l’identité de Bidart qui devint pendant l’entre-deux-guerres une station balnéaire prisée, avant de relever les défis de la démocratisation du tourisme.

Bidart, entre terre et mer
Bidart, entre terre et mer, 2021

2021 – « Parc naturel régional Périgord-Limousin : patrimoine industriel et artisanal »

Florian Grollimund, avec la participation de Jean-François Vignaud et Jérôme Decoux ; Photogr. Philippe Rivière. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Le Festin, 2021. – 112 p.

La présence en abondance de l’eau et de ressources comme le bois, la pierre ou le minerai, a favorisé le développement d’activités industrielles et artisanales sur ce territoire qui s’étend de Périgueux à Limoges puis Angoulême. Cette histoire débute à la fin du Moyen Âge et s’achève lors de la désindustrialisation des années 1980. Entre ces deux périodes, la double révolution industrielle et agricole du XIXe siècle donne un nouvel élan à cette industrie rurale. Le paysage économique du territoire est composé de forges, moulins, tuileries, carrières, mines, scieries ou usines textiles qui naissent, se développent, se transforment, disparaissent, se renouvellent au gré́ des innovations et de la conjoncture. Aujourd’hui, scieries, tuileries, coutellerie ou ganteries participent au maintien et à la mise en valeur des savoir-faire issus des ressources naturelles du Parc.

Parc naturel régional Périgord-Limousin : patrimoine industriel et artisanal
Parc naturel régional Périgord-Limousin : patrimoine industriel et artisanal, 2021

2020 – « Stations thermales des Pyrénées béarnaises »

Viviane Delpech, avec la participation de Mathilde Lamothe ; Photogr. Adrienne Barroche. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Le Festin, 2020. – 112 p.

Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes… Le nom même des principales stations thermales des montagnes béarnaises témoigne du lien immémorial unissant les sources guérisseuses et bienfaisantes à l’émergence de ces localités pyrénéennes. D’abord fréquentés par l’aristocratie et des soldats blessés, ces sites bénéficient au XIXe siècle de la fascination des élites pour le voyage pittoresque : un urbanisme thermal se développe sous le Second Empire. Les stations sont alors parées de tous les équipements destinés à accueillir les baigneurs en villégiature. Thermes, hôtels, chapelles, casinos… forment un riche héritage que le thermalisme social depuis l’après-guerre, le «thermoludisme» ou le tourisme de montagne aujourd’hui, rendent accessible au plus grand nombre. Cet ouvrage est une invitation à la découverte de cet exceptionnel patrimoine béarnais.

Stations thermales des Pyrénées béarnaises
Stations thermales des Pyrénées béarnaises, 2020

2020 – « Sales, un château en Pomerol »

Éric Cron, avec la participation de Franck Dubourdieu ; Photogr. Alban Gilbert. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Confluences, 2020. – 96 p.

Marquée par la création et le développement de domaines détenus par la bourgeoisie libournaise, la structure agraire de ce territoire se transforma peu à peu à partir du XVIe siècle et plus encore au XIXe siècle. Constituant la plus grande propriété viticole du Pomerol par sa superficie, le château de Sales, au nord de Libourne, fut un maillon essentiel de cette conquête progressive de la vigne. L’histoire de ce domaine, détenu par la même famille depuis presque cinq siècles, est bel et bien indissociable de celle de Libourne. Outre le développement exceptionnel de l’exploitation viticole, chaque génération y apporta sa marque, du décor peint du vestibule dédié aux vertus conjugales aux jardins, en passant par le cuvier doté d’une remarquable charpente.

Sales, un château en Pomerol
Sales, un château en Pomerol, 2020

2018 – « Châtellerault. Le théâtre Blossac »

Jean-Paul Petit et Virginie Tostain. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Le Festin, 2018. – 80 p.

Par l’exceptionnelle conservation de ses décors et de sa machinerie scéniques, le Théâtre Blossac de Châtellerault constitue l’un des monuments majeurs de la Vienne et de la Région Nouvelle-Aquitaine. Classé Monument historique puis intégralement restauré, il a rouvert ses portes en 2013 et occupe de nouveau le devant de la scène culturelle châtelleraudaise. Installé dans une ancienne église conventuelle après la Révolution, le théâtre se transforme tout au long du XIXe siècle, témoignant ainsi des évolutions sociales et architecturales qui accompagnent le développement foisonnant des théâtres durant cette période. La première salle de spectacle à l’italienne est aménagée en 1844 et intégralement restaurée en 1899, époque à laquelle la prospérité de la ville de Châtellerault s’affiche clairement dans la richesse des peintures et des sculptures de la salle. Fermé en 1977, le théâtre est resté inactif pendant trente-cinq ans, le protégeant ainsi des évolutions scéniques qui ont dénaturé la plupart des théâtres à la fin du XXe siècle.

Châtellerault. Le théâtre Blossac
Châtellerault. Le théâtre Blossac, 2018

2017 – « Saint-Sever, Cap de Gascogne »

Marie Ferey ; Photogr. Michel Dubau. – Bordeaux : Inventaire régional de Nouvelle-Aquitaine ; éditions Confluences, 2017. – 112 p.

Site prospère dès l’Antiquité, « capitale » aux Xe-XIe siècles des comtes de Gascogne qui y fondèrent un monastère, Saint-Sever bénéficia de la proximité de l’Adour et de sa situation sur les routes de la foi vers Compostelle, entre littoral et terres fertiles de la Chalosse. L’abbaye romane, où fut probablement enluminé le Beatus de Saint-Sever, a connu un rayonnement artistique unique dans le Sud-Ouest par la qualité de sa sculpture. L’arrivée de nouveaux ordres religieux et de familles nobles à l’époque moderne contribua à renouveler le paysage urbain et les campagnes environnantes. Couvents, hôtels particuliers et métairies composent un tableau varié des architectures et du mobilier d’Ancien Régime. Élevée à la Révolution au rang d’une éphémère sous-préfecture, la ville s’enrichit au XIXe siècle avec l’essor d’activités manufacturières, tel le traitement de la plume et du duvet, héritées de savoir-faire ancestraux. Cet ouvrage est une invitation à découvrir ou à mieux connaître ce patrimoine au gré de parcours de visites, pour que le riche passé saint-severin soit aujourd’hui porteur des ferments d’avenir.

Saint-Sever, Cap de Gascogne
Saint-Sever, Cap de Gascogne, 2017

2016 – « Arcachon. Gironde »

Bertrand Charneau ; Photogr. Adrienne Barroche. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ; éditions Confluences, 2016. – 112 p.

Si l’architecture pittoresque de la ville d’Hiver est connue et a donné lieu à des études, le patrimoine des autres secteurs du territoire communal et des environs proches restent moins pris en compte. L’opération d’inventaire concernant Arcachon rejoint l’étude des « réseaux de la villégiature », vaste champ de recherche national et international. Des études plus poussées ont été conduites par ailleurs sur le patrimoine du XXe siècle dont le lycée Grand Air est un exemple exceptionnel.

Arcachon. Gironde
Arcachon. Gironde, 2016

2016 – « Médoc Estuaire : des vignes aux rivages. Gironde »

Florian Grollimund avec la collaboration de Claire Steimer ; Photogr. Adrienne Barroche. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ; Le Festin, 2016. – 96 p.

Fort-Médoc, élément du célèbre « verrou Vauban » figurant sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ou Château Margaux, prestigieux château viticole classé Monument historique, sont des sites emblématiques du territoire de la Communauté de communes Médoc Estuaire. Formée en 2002, elle réunit onze communes au nord de Bordeaux, le long de la Garonne puis de l’estuaire de la Gironde. Entre landes et marais, le paysage est dominé par la vigne qui s’étend à perte de vue. À travers cet ouvrage, la Communauté de communes et la Région valorisent le riche patrimoine d’un secteur en pleines mutations, conciliant le nécessaire développement économique et la préservation de ses héritages.

Médoc Estuaire : des vignes aux rivages. Gironde
Médoc Estuaire : des vignes aux rivages. Gironde, 2016

2015 – « Duras, le château et le bourg. Lot-et-Garonne »

Bernard Pousthomis ; Laurent Chavier ; Photogr. Michel Dubau. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; éditions Confluences, 2015. – 96 p.

Situés dans le nord-ouest du Lot-et-Garonne le bourg et le château de Duras sont au cœur d’un paysage vallonné dessiné par un réseau hydrographique très dense. Ils furent bâtis sur un point culminant de la région. Le château médiéval fut largement modernisé au XVIIe siècle et doté de somptueux jardins. La multiplication des coursives, l’aménagement de grandes terrasses et la création d’un haut belvédère au sommet de la tour-beffroi révéla ce génie du lieu qui fait l’originalité et la qualité du château de Duras. Consciente de l’impérieuse nécessité de préserver et de valoriser le château, la commune de Duras en devint propriétaire en 1969 et s’engagea alors dans un vaste programme de restaurations. En parallèle des travaux, une ambitieuse étude historique, architecturale et archéologique du château, intégrant la ville fut confiée en au bureau d’études Hadès. Ce livre vous propose de découvrir une synthèse de ces recherches.

Duras, le château et le bourg. Lot-et-Garonne
Duras, le château et le bourg. Lot-et-Garonne, 2015

2015 – « Mauriac, Malagar et Johanet. Gironde »

Caroline Casseville, Éric Cron ; Photogr. Michel Dubau. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; éditions Confluences, 2015. – 112 p.

Dominant la vallée de la Garonne et devenu le territoire privilégié de l’inspiration romanesque de François Mauriac, Malagar ne doit pas seulement sa fortune à cette filiation littéraire exceptionnelle. Le domaine est l’œuvre de plusieurs générations de Mauriac, qui ont su penser un lieu tout en poésie. Des charmilles de l’arrière-grand-père de François Mauriac à la ligne de crête plantée de cyprès tout est propice à l’errance, à l’apaisement et à la méditation. Depuis la terrasse emblématique de la mémoire et de l’intimité de François Mauriac, il est possible d’apercevoir les landes girondines qui abritent l’autre maison des Mauriac, le chalet Johanet à Saint-Symphorien, qui inspirera lui-aussi de nombreux romans.

Mauriac, Malagar et Johanet. Gironde
Mauriac, Malagar et Johanet. Gironde, 2015

2015 – « Le Pays d’Orthe. Landes »

Bertrand Charneau ; Photogr. Bernard Chabot, Sébastien Zambon – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; Le Festin, 2015. – 80 p.

Entre Adour et gaves, le Pays d’Orthe carrefour naturel et antique lieu de passage, forme une entité géographique et historique. Les vastes étendues aménagées des barthes, les « caveries », héritière des petites seigneuries médiévales, constituent les caractéristiques essentielles de ce pays, où vestiges préhistoriques, villas gallo-romaines, sites fortifiés, abbayes, châteaux et fermes ponctuent le cours d’une histoire humaine jamais interrompue. Le Pays d’Orthe s’identifie à la communauté de communes créée en 1993 par le regroupement du canton de Peyrehorade et de la commune de Cagnotte puis Labatut en 2012.

Le Pays d'Orthe. Landes
Le Pays d’Orthe. Landes, 2015

2011 – « Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire .Gironde »

Alain Beschi, Éric Cron ; Photogr. Adrienne Barroche, Michel Dubau – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; éditions Confluences, 2011. – 96 p.

Pièce maîtresse du dispositif défensif du royaume voulu par Louis XIV et mis en œuvre par Vauban, le « verrou » de l’estuaire forme un triptyque de fortifications cadenassant la Gironde en aval de Bordeaux. Composé de la citadelle de Blaye, du Fort-Pâté et du Fort-Médoc, il constitue un témoignage unique en France de mise en défense d’un estuaire.

Cet ouvrage richement illustré offre une synthèse historique complétée d’itinéraires de visites, comme une invitation à la découverte de l’œuvre de Vauban, d’une rive à l’autre de l’estuaire de la Gironde.

Vauban, Blaye et le « verrou de l’estuaire ». Gironde
Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire. Gironde, 2011

2010 – « Urrugne. Pyrénées-Atlantiques »

Marina Gauthier-Dubedat ; photogr. Michel Dubau. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; éditions Confluences, 2010. – 105 p.

À travers une synthèse historique et quatre itinéraires, cet ouvrage monographique permet de découvrir une architecture emblématique dont les empreintes les plus anciennes remontent au XVIe siècle et perdurent dans la création du XXe siècle. À l’extrême sud-ouest du département des Pyrénées-Atlantiques et dans la province basque du Labourd, la vaste commune d’Urrugne présente en effet une diversité géographique exceptionnelle où prévaut l’architecture traditionnelle labourdine à pans de bois.

Urrugne. Pyrénées-Atlantiques
Urrugne. Pyrénées-Atlantiques, 2010

2008 – « Val de Dronne. Dordogne »

Line Becker, Vincent Marabout ; photogr. Michel Dubau. – Bordeaux : Inventaire régional d’Aquitaine ; éditions Confluences, 2008. – 95 p. : ill. en noir et en couleur.

À travers trois itinéraires thématiques, cet ouvrage permet de découvrir la diversité culturelle et la richesse identitaire de cinq cantons du nord-ouest du département de la Dordogne : l’architecture monumentale et fortifiée, de Brantôme aux vestiges du château de Saint-Aulaye ; l’architecture rurale, des fermes de Brie au Betoux ; enfin, les moulins et les ponts sur la Dronne.

Val de Dronne. Dordogne
Val de Dronne. Dordogne, 2008
Culture &
Patrimoine
En Nouvelle-Aquitaine
Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre tablette.