Culture & Patrimoine
en Nouvelle-Aquitaine
Patrimoine et inventaire
Expositions

Dans les pas des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Nouvelle-Aquitaine

Mis à jour le 02 février 2022

Le pèlerinage de Compostelle, qui se développe à l'époque romane, est l'un des trois plus importants de la chrétienté. Actuellement, il attire chaque année des centaines de milliers de pèlerins et de randonneurs sur ses chemins. L'exposition présente l'histoire et la légende de saint Jacques, l'essor du pèlerinage compostellan, ainsi que de nombreux éléments du patrimoine qui jalonnent le parcours des « cheminants » en Nouvelle-Aquitaine, terre de convergence des quatre principaux chemins français actuels.

Une exposition réalisée en 2016 par la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’ACIR (Agence de Coopération Interrégionale et Réseau « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle »).

Détail d'un manuscrit du 15e siècle. Pèlerinage à Saint-Jacques. Maître de Marguerite d'Orléans, Heures de Marguerite d'Orléans, vers 1430, Rennes. Bibliothèque Nationale de France, département des manuscrits, Manuscrit latin 1156 , folio 25.
Détail d’un manuscrit du 15e siècle. Pèlerinage à Saint-Jacques. Maître de Marguerite d’Orléans, Heures de Marguerite d’Orléans, vers 1430, Rennes.
Folio 25 d'un manuscrit du 15e siècle. Pèlerinage à Saint-Jacques. Maître de Marguerite d'Orléans, Heures de Marguerite d'Orléans, vers 1430, Rennes. Bibliothèque Nationale de France, département des manuscrits, Manuscrit latin 1156 , folio 25.
Folio 25 d’un manuscrit du 15e siècle. Pèlerinage à Saint-Jacques. Maître de Marguerite d’Orléans, Heures de Marguerite d’Orléans, vers 1430, Rennes.

Le patrimoine jacquaire…

Depuis le Moyen Âge, des monuments ont été construits le long des chemins qui mènent à Saint-Jacques-de-Compostelle afin de satisfaire les besoins spirituels et matériels des pèlerins. Des ponts, des portes, des hôpitaux, des abbayes et des églises de pèlerinage jalonnent ainsi les multiples itinéraires empruntés par les voyageurs. Des objets, des reliques, des représentations de saint Jacques et de pèlerins témoignent également du culte de saint Jacques. Tous ces éléments constituent le patrimoine jacquaire, qui englobe aussi les dévotions, traditions et témoignages transmis par des générations de pèlerins depuis des siècles.

08_ivr74_93870161xa_
Pont Saint-Étienne de Limoges (Haute-Vienne).
09_ivr54_20037901377xa
Pont et porte Saint-Jacques de Parthenay (Deux-Sèvres).
10_p2430691
Prieuré de Cayac à Gradignan (Gironde).
11_ivr74_92870840xa_
Abbaye et pont de Solignac (Haute-Vienne).
12_ivr74_20162300001nuca_
Église de l’Assomption de La Souterraine (Creuse).
13_ivr54_20168606155nuca
Saint Jacques. Statue de l’église Saint-Jacques de Châtellerault (Vienne), XVIIe siècle.
14_ivr72_00473244za_2
Saint Jacques et pèlerin agenouillé. Vitrail de l’église Sainte-Catherine de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), XVe siècle.
15_ivr72_2008400030nuca_2
Saint Jacques. Sculpture du portail de l’église de Mimizan (Landes), début XIIIe siècle.
16_ivr54_19871600547xa
Saint Jacques et scène de la Reconquista. Vitrail de Sainte-Sévère (Charente), 1897.
17_16-516706
Plaque émaillée de l’abbaye de Grandmont, commune de Saint-Sylvestre (Haute-Vienne), vers 1231. Metropolitan Museum of Art de New York.

… reconnu par l’UNESCO

En 1998, l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture) inscrit sur la Liste du patrimoine mondial les « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ». À ce titre ont été inscrits des monuments qui illustrent la pratique du pèlerinage, constituée de dévotions, de sanctuaires, de routes et de lieux d’accueil, et qui symbolisent le rôle essentiel de cette route de pèlerinage dans les échanges et le développement religieux et culturel, notamment au cours du Moyen Âge.

Au total, 71 édifices et 7 sections de sentier sont inscrits. Cette inscription fait suite à celle de la « Vieille Ville de Saint-Jacques-de-Compostelle » en 1985, puis des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne » en 1993.

Carte  des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France et en Espagne, inscrits sur la liste du patrimoine mondial.
Carte des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France et en Espagne, inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

26 monuments et une section de chemin en Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, 26 monuments et une section de chemin figurent sur cette Liste au titre des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ».

18_ivr54_20138600734nuca
Église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers (Vienne).
19_ivr54_20157900837nuca
Église Saint-Hilaire de Melle (Deux-Sèvres).
20_ivr54_20061709331va
Église Saint-Pierre d’Aulnay (Charente-Maritime).
21_ivr54_20151705960nuca
Abbaye royale de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime).
22_ivr54_20121708873nuca
Église Saint-Eutrope de Saintes (Charente-Maritime).
23_ivr54_20151705904nuca
Hôpital des Pèlerins de Pons (Charente-Maritime).
24_ivr74_20168700187nuca_
Collégiale de Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne).
25_cathedrale_saint_front
Cathédrale Saint-Front de Périgueux (Dordogne).
26_buisson_cadouin_ivr72_19792400018v_4
Abbaye Notre-Dame-de-la-Nativité du Buisson-de-Cadouin (Dordogne). Lithographie d’Alexandre Ducourneau.
27_saint_avit_ivr72_20002400680va_4
Église de Saint-Avit-Sénieur (Dordogne).
28_agen_ivr72_20044700810va_4
Cathédrale Saint-Caprais d’Agen (Lot-et-Garonne).
29_ivr72_97331595za_2
Ancienne cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Bazas (Gironde).
30_ivr72_02331848va_2
Abbaye Notre-Dame de La Sauve-Majeure (Gironde).
31_ivr72_84331758va_2
Église Saint-Pierre de La Sauve (Gironde).
32_ivr72_81330562va_2
Basilique Saint-Seurin de Bordeaux (Gironde).
33_ivr72_94333057va_2
Basilique Saint-Michel de Bordeaux (Gironde), retable.
34_bordeaux_cathedrale_ivr72_20093300140nuc2a
Cathédrale Saint-André de Bordeaux (Gironde).
35_soulac_steimer_img_3647
Église Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres de Soulac-sur-Mer (Gironde).
36_mimizan_ivr72_2008400001nuca_2
Clocher-porche de l’ancienne église Sainte-Marie de Mimizan (Landes).
37_ivr72_20154090314nuc2a
Abbaye de Saint-Sever (Landes).
38_eglise_sainte_quitterie_ 1_ville_aire_sur_l_adour
Église Sainte-Quitterie d’Aire-sur-l’Adour (Landes).
39_sorde_ivr72_03400291xa_2
Abbaye Saint-Jean de Sorde-l’Abbaye (Landes).
40_bayonne_ivr72_20036400045x_4
Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).
41_dscn4023
Porte Saint-Jacques de Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques).
42_hopital_saint_blaise_ivr72_74642103za_2
Église Saint-Blaise de L’Hôpital-Saint-Blaise (Pyrénées-Atlantiques).
43_oloron_sainte_marie_ivr72_74642109za_2
Église Sainte-Marie d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques).
44_ivr72_20036400386xa_4
Section de chemin d’Aroue à Ostabat : chapelle Saint-Nicolas d’Harambeltz à Ostabat (Pyrénées-Atlantiques).
carte_chemins_saint_jacques_en_nouvelle_aquitaine
Carte des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Nouvelle-Aquitaine et des sites inscrits à l’UNESCO.

L’histoire et la légende de saint Jacques

Jacques le Majeur, fils de Zébédée, est l’un des douze apôtres de Jésus-Christ. Il est mort en martyr en 44, exécuté par Hérode, roi de Judée. Alors qu’aucune source, dans les premiers siècles de notre ère, ne mentionne sa présence en Espagne, on lui attribue, à partir du 7e siècle, l’évangélisation de l’Espagne.

Vers 820-830 est découvert à Compostelle un tombeau que l’Église désigne comme celui de saint Jacques. Cette découverte prend une importance capitale dans le contexte de l’Espagne aux mains des musulmans depuis le 8e siècle. Saint Jacques devient alors le symbole de la reconquête de l’Espagne (la Reconquista) par les rois chrétiens.

C’est alors que la légende de la Translation de son corps apparaît : après sa mort, ses disciples embarquent son corps sur un bateau de pierre, sans voile ni gouvernail, et abordent miraculeusement les côtes d’Espagne. Après de nombreuses péripéties, ils parviennent à l’inhumer dans un lieu qui deviendra Saint-Jacques-de-Compostelle, en Galice.

01_m0852_890-234_e2009-0541
Saint Jacques. Plaque émaillée fabriquée dans les ateliers de Limoges au 16e siècle.
ms.0512
Le songe de Charlemagne : saint Jacques serait apparu en songe à Charlemagne pour lui demander de libérer son tombeau qui était aux mains des Sarrazins. Grandes Chroniques de Saint-Denis, fin du 14e siècle. Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 512 folio 105v.

Le pèlerinage à Compostelle

Le pèlerinage à Compostelle se développe à partir de la fin du 11e siècle. Une cathédrale est construite sur le prétendu tombeau du saint. Pour le vénérer, les pèlerins, princes ou paysans, se rendent en Galice à pied, à cheval ou en bateau. Ils effectuent le voyage par dévotion, en rompant avec leurs biens matériels, pour accomplir une quête spirituelle, assurer leur salut ou expier une faute. Sur le chemin, le pèlerin se recueille dans des sanctuaires ou devant des reliques, affronte différents dangers et cherche l’hospitalité. Coiffé d’un large chapeau, il est habillé d’une tunique et d’un surcot, remplacé plus tard par une grande cape qui prend le nom de pèlerine. Il porte un bourdon, bâton du pèlerin, la besace contenant ses quelques vivres et la calebasse, sorte de gourde faite à partir d’une courge évidée. La coquille, ramassée sur les côtes de Galice, devient le symbole des pèlerins de Saint-Jacques.

Les Chemins de Saint-Jacques connaissent aujourd’hui un succès sans précédent et attirent chaque année des centaines de milliers de « cheminants » – des pèlerins, mais aussi par des randonneurs sans but religieux –, d’une centaine de nationalités, dans les pas des pèlerins d’autrefois.

Culture &
Patrimoine
En Nouvelle-Aquitaine
Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre tablette.